Le Ribat de Monastir
Publié le : 23-08-2018

Un des plus imposants monuments de Tunisie est le Ribat de Monastir, une magnifique forteresse faisant face à la mer. Son histoire est aussi étonnante que le panorama qu’il offre depuis sa haute tour…



“Ribat” était le nom donné, au début de l’époque musulmane, à des petites communautés religieuses qui se chargeaient de surveiller la côte tunisienne. Elles habitaient dans des forteresses, guettaient les attaques ennemies depuis une haute tour-vigie – Nadhour –, et accueillaient la population en cas de danger.
Une chaîne de ribats s’étendait tout au long de la côte de l’Afrique du Nord : les villes nommées Rabat, au Maroc et à Malte, sont d’anciens ribats. On dit que grâce à leurs hautes tours, un message par signaux lumineux pouvait être transmis en une nuit de Ceuta au Maroc jusqu’à Alexandrie.



A sa construction en 796, le Ribat de Monastir n’était pas encore la grande forteresse qu’on admire aujourd’hui. C’était un petit fortin, semblable à celui qu’on peut voir aujourd’hui à Sousse.
Il hébergeait des combattants, des voyageurs, mais aussi des étudiants en religion et parfois des savants illustres. Les hommes du Ribat étaient en effet des hommes de religion, chargés de répandre dans le pays la doctrine musulmane sunnite. Plus tard, en période de paix, ce sont des soufis, les mystiques de l’islam, qui ont habité les ribats.  


La petite forteresse de Monastir a été agrandie au fil des siècles pour devenir un vaste ensemble de quatre bâtiments donnant sur deux cours intérieures. A la fin du Moyen-Age, c’était un grand centre religieux où affluaient les étudiants. Certains historiens pensent même qu’une partie du monument était aménagée pour héberger les femmes.
La ville de Monastir était alors une ville sainte – on disait qu’elle était “une des portes du paradis” – et son Ribat, une sorte de “monastère musulman”.
Justement, c’est d’un ancien monastère chrétien que la ville de Monastir tire son nom. Des ruines d’un édifice byzantin, découvertes en 2014, confirment la présence de ce monastère mentionné par les historiens anciens. Ainsi, Monastir, en changeant de religion pour devenir musulmane, a conservé son ancienne vocation…



En visitant aujourd’hui le Ribat de Monastir, vous y verrez les petites cellules où vivaient ses premiers occupants. Vous découvrirez ses deux salles de prière, où est exposée une collection d’objets d’époque médiévale. Vous observerez aussi les agrandissements successifs, les tours rondes ou carrées, les plateformes ajoutées à l’époque turque pour placer des canons…
Mais il ne faut pas manquer monter au sommet de la tour-vigie pour contempler le panorama sur la ville et sur la mer. L’ascension, par une centaine de marches en spirale, n’est pas de tout repos mais en vaut la peine !


Plus sur Monastir et sa région